Jean Castex s’est exprimé, ce mercredi, au cours du JT de TF1 pour détailler les nouvelles mesures qui entrent en vigueur en France afin de contrer la progression du variant Delta. Mais le Premier ministre a réalisé quelques approximations et énoncé quelques erreurs.

Des approximations, des raccourcis et quelques erreurs. Ce mercredi, à l’issue d’un nouveau Conseil de défense, Jean Castex a détaillé sur TF1 les nouvelles mesures de l’exécutif pour faire face à la quatrième vague de Covid-19 provoquée par le variant Delta, désormais majoritaire en France.

Au milieu de ces annonces, le Premier ministre a également énoncé certains chiffres et réalisé certains commentaires, notamment sur la vaccination, qui s’avèrent soit faux, soit approximatifs. BFMTV.com revient point par point sur ces déclarations de l’ancien « Monsieur déconfinement » du gouvernement.

· « 96% des 18.000 nouveaux cas n’étaient pas vaccinés »

Revenant sur les 18.000 nouveaux cas de Covid-19 relevés mardi, Jean Castex a affirmé que « 96% » de ces personnes contaminées « n’étaient pas vaccinées ».

Or, le Premier ministre s’appuie ici sur une note publiée le 15 juillet par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), portant sur la semaine du 28 juin au 4 juillet, qui analyse le statut vaccinal des personnes contaminées par le coronavirus.

Cette étude montrait que sur les 2120 tests PCR positifs relevés chaque jour cette semaine-là, 80% des personnes contaminées étaient non-vaccinées, 3% avaient reçu une première dose récemment, 11% depuis plus de 14 jours et seulement 6% étaient totalement vaccinés.

Concernant les seuls cas symptomatiques parmi les tests PCR positifs, seulement 4% des malades étaient complètement vaccinés et 96% des symptomatiques n’avaient soit reçu aucune injection, soit une seule dose.

Jean Castex a donc transposé les chiffres concernant la semaine du 28 juin au 4 juillet sur la journée du 20 juillet, comme l’a confirmé Matignon au Parisien.

· « 285.000 contaminés depuis le début de l’épidémie pour les 20-39 ans »

Au cours de son intervention sur TF1, Jean Castex a réagi aux propos des récalcitrants à la vaccination, en particulier à ceux d’un jeune qui a dit ne pas se sentir concerné. « Je vais sortir les chiffres », a-t-il menacé, le ton grave, avant de les donner, s’appuyant sur une note qu’il avait en sa possession: « Sur le passé, les 20-39 ans, 285.000 contaminés depuis le début de l’épidémie, 48.000 admis en réanimation, 340 morts. Oui, il est concerné. »

Le Premier ministre s’appuie ici sur les différentes données présentes sur le site CovidTracker, à savoir celles de l’outil CovidExplorer, qui permet d’explorer par tranches d’âge le nombre de contaminations, d’hospitalisations ou encore de personnes en réanimation, soit au jour le jour, soit de manière cumulée.

Or, 1.845.325 cas positifs ont été recensés parmi les 20-39 ans depuis le début de l’épidémie, selon cet outil. Le chiffre de 285.000, énoncé par Jean Castex, se rapporte en fait à la somme cumulée des hospitalisations pour la tranche des 20-39 ans, depuis mars 2020. Cette donnée comporte, par ailleurs, quelques biais: elle ajoute toutes les données quotidiennes de personnes hospitalisées, prenant donc en compte celles qui restent plusieurs jours à l’hôpital.

Concernant le chiffre de 48.000 jeunes « admis en réanimation », il ne s’agit pas du cumul des 20-39 ans admis en réanimation, mais de celui des 20-39 ans qui occupent quotidiennement des lits en soins critiques. Les mêmes biais qui s’appliquaient aux hospitalisations interviennent ici aussi. De plus, près de 88.744 personnes ont été admises en réanimation depuis le début de l’épidémie. Il paraît peu probable que 48.000, soit plus de la moitié, ait entre 20 et 39 ans.

Enfin, seul le chiffre du nombre total de morts du Covid-19 parmi les 20-39 ans est le bon. Selon le site Météo Covid, qui agrège les données hospitalières données par Santé Publique France, 81 et 262 morts ont été recensés parmi les 20-29 ans et les 30-39 ans, soit 343 morts pour les 20-39 ans.

· « La vaccination, ça marche (…) les personnes n’ont plus de chances d’attraper la maladie »

Mardi, sur RTL, Olivier Véran, le ministre de la Santé, s’est prononcé pour la levée du statut de cas contact dans le cas d’un schéma vaccinal complet. Interrogé sur cette information, ce mercredi, sur TF1, Jean Castex a répondu que le gouvernement s’appuyait « sur les avis des autorités scientifiques »

« C’est le même message, y compris à l’égard, et surtout, des hésitants: la vaccination, ça marche. On a constaté que les personnes qui ont deux doses, jusqu’alors, lorsqu’elles croisaient une personne qui était contaminée, devaient être cas contact et donc s’isoler. Les analyses faites sur ces personnes montrent qu’elles n’ont plus de chances d’attraper la maladie », a affirmé le Premier ministre.

Or, si une vaccination complète permet bien de réduire les chances de faire une forme grave du Covid-19, il s’agit d’un léger raccourci que d’affirmer que les personnes vaccinées « n’ont plus de chances d’attraper la maladie ».

Dans une lettre adressée au Sénat et datée du 13 juillet, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), s’appuyant sur la littérature disponible, indiquait qu’une « efficacité vaccinale élevée en vie réelle » avait été étudiée mais que « toutefois les personnes vaccinées peuvent présenter des infections à SARS-CoV-2 modérées ou asymptomatiques ».

La « diminution de l’efficacité des vaccins » avait également été observée concernant « les variants préoccupants (variants Bêta, Gamma et Delta) ». « Ces vaccins, y compris ceux à vecteur viral, conservent toutefois une bonne efficacité contre les formes graves de Covid-19 », ajoutait le Haut conseil de la santé publique.

Clément Boutin et Margaux de Frouville

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »